lundi 23 avril 2012

Géo-Actu. Les rivages de la mer Caspienne: de futurs Dubaï?

Ce sont des pays que nous connaissons mal: l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan et le Turkménistan rêvent pourtant d'un tourisme de masse dans la veine de la Costa del Sol en Espagne ou d'une urbanisation à la Dubaï! Depuis quelques années ces pays qui bordent la mer Caspienne dépensent des sommes folles dans des projets d'urbanisation gigantesques.


                        Les cinq pays qui bordent la mer Caspienne.


A l'image de Dubaï, l'Azerbaïdjan a démarré l'an dernier la création d'îles artificielles à huit kilomètres au large de la mer Caspienne. Ce projet donnera naissance à une nouvelle ville de 30 000 mètres carrés, avec des immeubles de 25 étages, des zones d'affaires et centres commerciaux.
Point d'orgue de ce projet la construction de la plus haute tour du monde, un hôtel de 185 étages! Les Tours de l'Azerbaïdjan....De quoi faire sortir de l'anonymat ce pays qui tire ses revenus du pétrôle. Le coût total est estimé à 100 milliarsds de dollars...



Une cité de yourtes au Kazakhstan
En comparaison, le Kazakhstan se la joue modeste avec un projet de "seulement" 2,8 milliards de dollars! Il prévoit la construction de 23 hôtels, 4000 villas et résidences, pour une capacité d'accueil de 22 000 personnes. L'endroit est censé attirer un demi million de touristes par an... On promet également une cité de yourtes, de la plongée dans des aquariums à tunnels, et même un lieu de pélerinage pour les femmes qui souhaitent avoir des enfants.  Les autorités affirment que le projet représentera la première base de loisirs écologique du XXIe siècle. (Source: Courrier International)

Une zone balnéaire en projet au Turkménistan

Un projet de 60 hôtels y composera la “zone touristique nationale Avaza”.   Selon le président du pays le Turkménistan sera en mesure de concurrencer l'Espagne, la Turquie et l'Egypte dans le secteur du tourisme. Ici le projet n'en est qu'à l'état d'étude....

Des projets inaccessibles aux locaux

Ces projets ne sont évidemment pas pensés pour la population locale. Petits salaires et fort taux de chômage, les habitants ne pourront ni acheter, ni passer leurs vacances dans ces résidences luxueuses. Au-delà de la pertinence de tels projets c'est le bilan environnemental de la mer Caspienne qui est le plus préoccupant. Cette mer fermée est déjà largement exploitée pour ses ressources en pétrôle. Avec le bétonnage de ses rives et les plateformes pétrolières au large, la mer Caspienne ne sera plus tout à fait la même. C'est maintenant qu'il vaut mieux y faire un séjour touristique!

mercredi 18 avril 2012

Géo-Actu. Un Septième continent d'eau et de plastique

Et l'Homme créa le septième continent... avec de l'eau et beaucoup de plastique!

Nous connaissons tous les six continents à la surface du globe: Amérique du Nord, Amérique du Sud, Afrique, Europe, Asie et Océanie. Depuis plusieurs années la "Grande plaque de déchets du Pacifique" ne finit plus de s'aggrandir au point d'être nommée le Septième continent ou les îles déchets.  Cette gigantesque plaque s'est créée entre les côtes d'Hawaii et de l’Amérique du Nord, elle est grande comme six fois la France!



Le Septième continent se forme dans l'océan Pacifique par des courants marins  qui circulent en cercle fermé. Credit image: www.septiemecontinent.com


 Dans cette région du globe les courants marins tournent dans le sens d'une aiguille d'une montre et enferment avec eux les millions de tonnes de détritus plastiques charriés par les eaux. Un phénomène détecté pour la première fois en 1999 puis redécouvert en 2009 par l'explorateur marin Patrick Deixonne lors d'une course en solitaire. Il a témoigné sur Europe 1 "Les déchets s'amalgament au point de rencontre de courants marins qui s'enroulent sous l'effet de la rotation de la Terre, selon le principe de la force de Coriolis, et forment un immense vortex appelé "gyre". "Ça ressemble à une soupe de plastique."

La force centripète aspire lentement les détritus vers le centre de cette spirale qui serait l'une des plus importantes connues sur la planète : 22.200 km de circonférence et environ 3,4 millions de km2, selon le Centre national des études spatiales (Cnes).
"On estime à plusieurs dizaines de millions de tonnes les quantités de déchets dans chacun des cinq gyres du globe", explique Georges Grépin, biologiste conseiller scientifique d'OSL. Ce sont "essentiellement des microdéchets de plastique décomposé en suspension sur 30 mètres de profondeur. Ce n'est pas un continent sur lequel on peut marcher au sens propre", a-t-il affirmé. (Source: Europe 1)

En 2011 l'émission de géographie Le Dessous des cartes expliquait déjà ce phénomène
                     La formation d'une île déchet. Credit image: Le dessous des cartes



On compte déjà dans cette partie de l’océan six tonnes de plastique pour une tonne de plancton. De plus il ne s’agit pas seulement de déchets de surface : sur l’essentiel de sa superficie la couche de plastique de ce tourbillon d’ordures atteint une épaisseur pouvant aller ­jusqu’à 30 mètres. (source: Courrier International)
En dehors d'associations environnementales la formation du Septième continent-déchets ne préoccupe pas la communauté internationale. La zone maritime n'est que très peu fréquentée par les cargos et bateaux de pêches.

Une mission française pour explorer le nouveau continent.

Le 2 mai une goélette française partira à la rencontre de ce vortex de déchets, c'est la mission "7e continent".  Un mois de navigation et un périple de 4.630 km entre la Californie et Hawaï pour revenir avec des prélèvements et des mesures exactes du phénomène. 

"Il n'y a pas grand monde qui peut venir nous chercher si on avait un problème. Peut-être qu'on va rencontrer des déchets de Fukushima" a confié Patrick Deixonne à Europe 1 à quelques jours du départ.

               Zone d'exploration de la mission française. Crédit image: OSL


La goélette sera guidée par deux satellites de la NASA, "Aqua" et "Terra", pour se rendre là où la concentration de déchets est la plus forte afin d'en mesurer la densité, avec des prélèvements d'eau, de planctons et de matériaux.

Pour l’heure, selon des chiffres confirmés par Greenpeace, on dénombre dans cette région du Pacifique 3,3 millions de déchets de toute taille pour 1 kilomètre carré d’océan. La masse totale de ce “continent” est estimée à 3,5 millions de tonnes, en majorité du plastique. Selon des calculs de l’AMRF, la superficie de cette plaque de détritus a triplé entre 1997 et aujourd’hui, et pourrait encore être multipliée par dix d’ici à 2030.

 
Pour suivre l'expédition au jour le jour rendez-vous ici: http://www.septiemecontinent.com/apps/blog

Retrouvez les également sur Facebook https://www.facebook.com/OceanScientificLogistic



lundi 16 avril 2012

Géo-Livres. Jules Verne et la géographie, un voyage extraordinaire!

Savez-vous que la géographie est l'une des disciplines les plus publiées en littérature!? Ou plus exactement un écrivain qui nous permet ce petit tour de passe-passe...C'est Jules Verne (1828-1905), le seul à avoir revendiqué l'ériture de romans géographiques et l'auteur le plus traduit en langue étrangère dans le monde entier derrière Agatha Christie's!


L'imaginaire géographique de Jules Verne 
Source: http://web.univ-pau.fr/RECHERCHE/SET/IMAGINAIRE/2012/index.htm


Cinq semaines en ballon, Les voyages extraordinaires, Le tour du monde en 80 jours...autant d'oeuvres profondément géographiques. Non pas parce que les histoires de Jules Verne font voyager le lecteur mais parce que la géographie est le fil rouge de ses romans.

Cette trame est analysée, décortiquée depuis plus de dix ans par un géographe passionné par l'auteur, Lionel Dupuy (chercheur associé au laboratoire "SET" Société, Environnement, Territoire à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour).

En plus de lire, relire et re-relire les oeuvres (volumineuses!) de Jules Verne, Lionel Dupuy a décidé se consacrer à la recherche sur les liens entre la science, la littérature et l'imaginaire géographique (voyager dans l'espace par la pensée). Une première dans la recherche universitaire, les plus gros travaux sur l'auteur ont été réalisés par Lionel Dupuy.

Comme quoi faire lire un roman à son enfant peut déclencher une future carrière...! C'est en effet vers l'âge de 7/8 ans que Jules verne entre dans la vie du chercheur. " Je vivais alors dans l’Est de la France et occupais une partie de mes loisirs en collectionnant les roches, les minéraux, les fossiles. J’étais fasciné, et je le suis toujours, par ces merveilles de la nature dont l’origine ne cessait de m’interroger. Embarrassée par mes multiples questions (sur les origines de la terre), ma mère eut l’idée ingénieuse de me faire lire Voyage au centre de la Terre. Ce fut pour moi une révélation ! "


           
Les Voyages Extraordinaires de Jules Verne


Dans la deuxième moitié du XIXème siècle Jules Verne coupe avec les romans historiques et innove avec des histoires où se mêlent la géographie du réel, scientifique et la géographie imaginaire, fictive.  
Lionel Dupuy a dégagé cinq caractéristiques principales dans les romans de Jules Verne.


1) L’inversion chronotopique : Dans le roman géographique, on ne raconte plus des histoires qui se passent ici dans le passé (ex : Notre-Dame de Paris : l’action se déroule à Paris, mais à la fin du Moyen-âge) ; on raconte désormais des histoires qui se déroulent maintenant, mais loin, ailleurs (ex : Le Tour du monde en quatre-vingt jours).


2) Le merveilleux géographique est l’opérateur principal qui permet le passage du réel vers l’imaginaire (et le retour).



3) Les romans de Jules Verne sont tous caractérisés par la présence d’un imaginaire géographique puissant : la géographie est la constante des Voyages Extraordinaires, la science et la technique ne constituent qu’une variable.



4) La métaphore est la figure de rhétorique la plus souvent employée par le romancier lorsque ce dernier doit dire l’extraordinaire, le fantastique, l’imaginaire.


5) Les héros de Jules Verne évoluent dans des milieux et des situations où l'Homme exploite l'environnement en fonction de ses techniques et savoir : il s'agit du possibilisme.


Cela vous parait compliqué? Laissez-vous alors simplement porter  par les romans de Jules Verne, un moyen agréable de découvrir la géorgaphie (profitez-en!)

En attendant de découvrir des romans géographiques de Lionel Dupuy (un jour viendra...) vous pouvez redécouvrir les oeuvres de Jules Verne rééditées par la Pléiade ce mois-ci . Toutes les infos sont ici: http://www.la-pleiade.fr/Auteur/Jules-Verne

Si vous souhaitez approfondir le travail de Lionel Dupuy retrouvez sur son site Internet http://jules-verne.pagesperso-orange.fr/  ses publications et informations.

Et si vous êtes très curieux de cette approche géographique, un congrès se tient en Espagne cette semaine du 18 au 20 avril 2012 à Huesca. Les Troisièmes rencontres hispano-françaises se penchent sur la « Géographie, langue et textes littéraires » DE JULES VERNE A NOS JOURS : LA PAROLE ET LA TERRE.

Bonne lecture!







mardi 10 avril 2012

Géo-Pensées. La toponymie ou décrypter le nom des lieux.

C'est un des jeux favoris des étudiants en géo (et qui distrait lors de long cours de géographie...) repérer sur une carte les lieux-dits et hameaux aux noms évocateurs. Avec son voisin de table l'imagination s'emballe et l'on se raconte des histoires pour expliquer la "Forêt brûlée", le "Val d'enfer" ou encore rêver devant le hameau de "L'amitié"....

Mais ce jeu est aussi une science: c'est la toponymie! Et la tâche est vaste pour les opérateurs IGN, on recense en France plus de 2 millions de localisations. Les premiers toponymes ont été portés au XVIII ème siècle sur la Carte de Cassini, qu'il s'agisse d'un site naturel ou construit par l'Homme.

Le hasard des toponymes.... www.ign.fr


En 1942 l'IGN a créé une commission dédiée au recueil des toponymes, nombre de ces lieux étaient en patois local et transmis par tradition orale. Depuis, l'IGN gère toujours la liste des toponymes français, une véritable enquête pour les "opérateurs topographes" qui vérifient sur place la véracité du nom et gèrent parfois les conflits.


Pour les promeneurs ou lecteurs de carte, les toponymes sont une invitation au voyage! Car les noms ne sont pas choisis au hasard mais le fruit d'une Histoire, récente ou lointaine.

Dans les "Brèves de toponymie" de l'IGN quelques-uns sont décortiqués.

En Normandie la commune Feuille d'Yvetôt héberge "Cotte-cotte" , on ne sait pas si c'est une mauvaise retranscription d'une Côte ou un rapport avec un quelconque élevage de poules...

Dans la commune de Bocasse on trouve le "Chêne de la souris pendue"..sic! Qu'avait donc fait un si petit animal pour mériter un tel sort et passer à la postérité? Faîtes marcher votre imagination, personne ne le sait...

Regardez autour de vous il y a certainement des lieux-dits au nom surprenant ou évocateurs d'un passé qui peut vous renseigner sur les précedents habitants. Laisser faire votre curiosité!

Enquêtez également depuis votre ordinateur avec le logiciel de recherche fourni gratuitement ici: http://www.geoportail.fr/5069711/visu2D/afficher-en-2d.htm