lundi 30 janvier 2012

Géo-Pensées. Voir au delà des paysages, les étangs de la Brenne


Le parc naturel régional de la Brenne, une des plus grandes zones humides d'Europe...est artificielle! Il faut toujours voir au-delà des paysages.

Un des 2500 étangs de la Brenne. crédit: www.parc-naturel-brenne.fr

Terre de légende, à la frontière du Berry, de la Touraine, du Poitou et du Limousin, les paysages mystérieux de la Brenne ont inspiré bien des écrivains et poètes (George Sand entre autres). De façon plus terre à terre c'est aussi un atout touristique incontestable pour le département de l'Indre...
Une mosaique de paysages entre étangs, landes et prairies qui abritent une faune (les oiseaux migrateurs en particulier) et une flore sous haute surveillance.

La Brenne dans le département de l'Indre.


Une nature sauvage...artificielle! Tous les étangs ont été en fait créés par les mains de l'Homme. Alors que les marais et marécages sont depuis plusieurs siècles asséchés pour permettre la construction de villes, c'est ici l'inverse.
Le parc de la Brenne était il y a moins de 2 000 ans recouvert par la forêt. L'exploitation intensive du bois a peu à peu défriché les terres, qui naturellement se sont retrouvées gorgées d'eau.

Le sol est ici argilo-calcaire, les nappes phréatiques sont remontées et ont rendu les terres insalubres. C'est là que l'inventivité de l'Homme pour se nourrir intervient, au Moyen-Âge les moines creusèrent des étangs pour élever des carpes. Les seigneurs, paysans aisés, marchands ont perpétué cette technique au fil des siècles. On compte aujourd'hui 2500 étangs! Et des tonnes de carpes.


Vue satellite d'un des plus grands étangs de la Brenne, l'étang de la Mer rouge.
Les prairies et landes entourent les retenues d'eau.


Une fois par an les étangs sont vidés, on retire la bonde comme pour une baignoire et les poissons sont pêchés, 1200 tonnes par an...Par chance, ces étendues d'eau ont attirés 150 espèces d'oiseaux migrateurs et permis l'apparition d'une flore inattendue dans la région Centre. Cette zone humide est maintenant surveillée de près, protégée par les scientifiques alors qu'elle n'était qu'une zone de subsistance créée par l'Homme!




En plein hiver les paysages de la Brenne sont moins bucoliques. Un environnement humide, désertique qui rappelle les Everglades en Floride! mais ici pas d'alligators...
Cette photo ci-dessus est celle de l'étang de la cistude (du nom d'une race de tortue), ce plan d'eau réputé maintenant pour ces oiseaux migrateurs et sa population de tortues cistude a été creusé en 1980! Voyez ci-dessous la photographie avant les travaux d'aménagement.


Nous sommes donc loin d'une évolution naturelle de l'environnement mais une adaptation de l'Homme à son environnement. De nombreux paysages qui semblent naturels sont en fait le résultat de l'activité humaine. La garrigue méditerranéenne qui nous chatouille les narines et les oreilles est elle aussi le résultat d'une dégradation de la forêt (par l'Homme ou les incendies).
Voir au-delà des paysages est très instructif!


Plus d'informations sur le parc naturel régional de la Brenne ici http://www.parc-naturel-brenne.fr/





jeudi 26 janvier 2012

Géo-Livres. Le dessous des cartes, comprendre notre monde!

Son émission existe depuis plus de 20 ans sur ARTE, ses ouvrages sont de grands succès en librairie, Jean-Christophe Victor est un des rares géographes médiatiques.


Le dessous des cartes de J-C Victor, Virginie Raisson et Franck tétard, ARTE éditions et Tallendier ont publié deux versions depuis 2006. Ces énormes succès ont été vendus entre 900 000 à 1 million d’exemplaires.

Un troisième ouvrage a été publié à l'automne 2011.  




« Moins de conflits, plus d’enfants scolarisés, des budgets de santé publique plus élevés... Voilà de bonnes nouvelles auxquelles échappent cependant encore trop de pays, voire de continents. La question surprend et pourtant se pose : et si, dans certains domaines, le monde allait mieux ? ».

"Face au redéploiement des rapports de force par l’économie, la crise de l’environnement et une mondialisation qui n’a rien de mondiale, cet ouvrage nous offre un tableau intelligent et intelligible du monde."


  
Mais qu'est-ce que la géopolitique?
Elle analyse les rivalités de pouvoir et d'influences sur un territoire, pour contrôler des Hommes et des activités qui s'y trouvent.
La géopolitique se penche donc sur les conflits, guerre etc. sans prendre parti! Chaque camp avance ses arguments qui sont des représentations qu'ils se font de leur territoire. La géopolitique analyse ces représentations.

La géopolitique permet de comprendre les enjeux politiques, économiques de notre monde. La rendre accessible au public est primordial!



Jean-Christophe Victor anime et produit l'émission Le dessous des Cartes sur ARTE depuis plus de vingt ans. Il a fondé le Laboratoire d'études politiques et d'analyses cartographiques (Lepac), une entreprise d'analyse et d'expertise en relations internationales. C'est ce laboratoire qui réalise les cartographies de l'émission et des ouvrages du Dessous des cartes, un gage de sérieux.


En 1991, ARTE a su faire confiance à Jean-Christophe Victor « ARTE a eu beaucoup de persévérance. Ils ne se sont pas posé la question de savoir si ça ferait peur ou pas peur. Pourtant je ne fais que montrer des cartes de géographie. J’ai commencé l’émission à la chute du mur de Berlin, la géopolitique était en vogue à l’époque avec la fin du gel Ouest/Est. » Une opportunité saisie qui s'est transformée en un succès durable.

Jean-Christophe Victor est animé d'un véritable sentiment de partage et de transmission: «Il faut expliquer, faire comprendre plutôt que faire savoir. Les gens adorent apprendre, il faut les prendre pour ce qu’ils sont c'est-à-dire plus intelligent que ce qu’ils ne croient. Mon émission c’est un petit cours. Je les aide à ranger un savoir. »

Expliquer la géographie et ne pas inculquer un savoir comme une Vérité, donner les clefs de compréhension et de l’appréhension du monde.

Retrouvez l'émission ici http://ddc.arte.tv/
Diffusion le mardi vers 22h30, le mercredi à 6h45, le samedi à 14h et le lundi suivant à 6h45. L’émission reste disponible sur Internet dans le cadre d’arte+7 du mardi 22h30 au mardi suivant.

mercredi 25 janvier 2012

Géo-Actualités. Un escalator en plein air dans un bidonville de Colombie

Surprenant, décalé, ridicule, cet escalator flambant neuf qui côtoie les toits de tôle d'un bidonville dénote dans le paysage...Mais l'idée n'est pas si absurde qu'elle en a l'air!



Un escalator de 384 mètres de long a été installé dans un bidonville de Medellin (Colombie), le 12 janvier 2012. FREDY BUILES / REUTERS

Medellin en Colombie (deuxième ville du pays après Bogota), comme de nombreuses grandes villes d'Amérique du Sud compte de nombreux bidonvilles accrochés au flanc des montagnes. Le bidonville "Communa 13" est un des plus grands de la ville avec ses 12 000 habitants, un des plus dangereux aussi. Pour réguler cette criminalité, en grande partie due aux cartels de la drogue, la municipalité a dégainé une arme originale: les transports publics gratuits!

Pour rejoindre le centre ville les habitants de "Communa 13" devaient grimper 350 marches sur un dénivelé de 385 mètres, une expédition de 40 minutes pour six minutes maintenant grâce à l'escalator. 

Déjà exclus socialement les habitants d'un bidonville le sont aussi géographiquement, loin des axes de transport principaux, des centres économiques où se trouvent les emplois. Permettre à une population de rejoindre presque dix fois plus vite le centre d'une ville ouvre un accès à des infrastructures (publiques, emplois, commerces). L'escalator offre également une sécurité aux habitants qui évitent ainsi de traverser les endroits les plus dangereux du bidonville.


                           L'escalator en plein air de Medllin. Photo: Luis Benavides / AP

Ce projet d'escalator géant en plein air fait partie d'un projet d' "urbanisme social" du maire de Medellin. Il s'agit de resserrer les liens géographiques d'une ville gigantesque, éclatée en une mosaïque de quartiers.

Dans cet objectif la mairie a également créé le "Métrocâble" pour relier les quartiers hauts de Medellin au réseau de métro du centre ville. Des télécabines, identiques à celles des stations de ski, emmènent les habitants jusqu'à la station de métro la plus proche.gigantesque, éclatée donstruit à flanc de colline, la Comuna 13 est l'un des vingt bidonvilles de Medellin, sans doute l'un des plus pauvres. Les habitants devaient jusqu'ici utiliser au quotidien un escalier particulièrement raide comptant pas moins de 350 marches.

Désormais, ils pourront utiliser l'escalator flambant neuf que la ville et la Société de développement urbain leur ont offert. Les personnes à mobilité réduite et les aînés sont ravis.

La vie des résidents de cette favela sera peut-être un peu plus facile grâce à cet escalator. Mais le quotidien dans la Comuna 13 sera toujours particulièrement difficile
L'es;s:v,mqdfvL
Les transports en commun sont un véritable lien de rapprochement économique et social. C'est bien pour cela qu'en France les communes se battent pour que les trains et TGV s'arrêtent dans leur gare! 

mardi 24 janvier 2012

Géo-Actualités. Les Cafés Géo, détente et débat.

Un petit café et beaucoup de géo s'il vous plait! Vous hésiter entre boire un verre entre amis et une sortie culturelle? Les Cafés Géo associent intelligemment les deux....Apprendre, débattre, se cultiver n'est pas toujours ennuyeux!


Les cafés géo sont une excellente mise en pratique de la démocratisation d’un savoir scientifique, par le biais d’un lieu habituel : un bistrot. Ils  fonctionnent sur le mode d’une conférence-débat animée par des géographes mais aussi enrichie par le public tous réunis dans un café ou un bar. Les nouvelles découvertes, l'actualité, de nombreux thèmes sont abordés.

C’est en 1997 que l’idée a germé au Festival international de géographie à Saint-Dié-des-Vosges, Antoine Bailly- géographe et président du FIG – partageait une bière tout en expliquant aux clients comment les géographes en parlaient. Un moment de détente fructueux qui est maintenant une association de vingt-deux cafés géographiques français.
Trois autres cafés géo ont été créés à l'étranger, deux au Canada et un à Abu Dhabi. 

Les Cafés géo ont grandis et proposent également des restaurants-géo, découvrir le monde par la nourriture! Des voyages sont également organisés.
Pour plus d'infos et ne rater aucun café géographique près de chez vous rendez-vous sur le site Internet de l'association www.cafe-geo.net.
Les compte-rendu des soirées sont également téléchargeables gratuitement.
Si vous hésitez encore voici un article publié en 2003 dans les Inrockuptibles par le journaliste Mathieu Ponnard.  (source  http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=555) Délicieusement caustique!



Parce que vous pensez que le Tatar est un steak haché cru mélangé à un jaune d’oeuf, du ketchup et des p’tits cornichons.

Parce que vous pensez que les Moluques sont des sortes d’animaux invertébrés à corps mou comme l’escargot, l’huître ou le poulpe.

Parce que vous pensez que le Grand Nafoud est un mec qui fait la loi dans sa cité de Vaulx-en-Velin près de Lyon.

Parce que vous pensez que la Frolinat est une entreprise de déménagement et le Sentier Lumineux une boutique de luminaires du 2ème arrondissement.

Parce que vous pensez que le Soussou est forcément dans la popoche et que Machu Picchu est le p’tit copain de Pikachu.



Parce que vous pensez qu’Izmir est une marque de lessive, Kingston une marque de cigarettes et la Voïvodine des pastilles à sucer contre la toux.

Parce que vous pensez que le golfe du Saint-Laurent, c’est pas fait pour vous mais pour des sportifs qui portent du Lacoste.

Parce que vous pensez que le peuple bobo ne peut être que bourgeois-bohème.

Parce que vous pensez qu’Emilie-Romagne est une de vos anciennes copines de classe et Alice Springs une actrice de série B américaine.

Parce que vous pensez qu’Accra est un p’tit beignet à la morue et Anvers une station de métro.

Parce que vous pensez que Goa c’est assurément trance et psychedelic techno.

Parce que vous pensez qu’Ushuaia est un gel douche à la sève d’agave du Yucatan et la Mésopotamie une maladie honteuse.

Parce que vous pensez que Salvador est un chanteur octogénaire très tendance et Orlando le frère de Dalida.

Parce que vous pensez que le Somaliland se trouve entre Jardiland et Jouetland.

Parce que vous pensez que le Bénin est un truc sans importance.


Parce que le "pays des fromages qui puent" c’est bien mais ce qu’il y a autour, c’est pas mal non plus.

Parce que vous êtes nul en géographie (mais moins nul que vous ne pourriez le prétendre en lisant le navet de J.-J. Julaud, La géographie pour les nuls) et aussi mauvais en géopolitique et que vous en avez honte.

Parce que vous voulez changer tout ça, regardez le Dessous des cartes et allez vous cultiver au Café géo.




Direction les Cafés géo!

lundi 23 janvier 2012

Géo-Pensées. Voir au-delà du paysage, les terrasses de Collioure.

 Au détour d'un chemin, d'une promenade vous tombez sur un panorama splendide. Le comprendre et le vivre c'est un des objectifs de la géographie.


C’est ici que les Pyrénées se jettent dans la mer Méditerranée, à l’extrémité Est de la chaîne. Nous sommes au-dessus de Collioure, village côtier des Pyrénées-Orientales, et ce paysage est explicite: au premier plan la garrigue, derrière les collines viticoles cultivées en terrasses la mer et ses plages, derrière le littoral touristique c'est la plaine alluviale du Roussillon, au loin la chaîne des Corbières.
L'alliance de la montagne et de la mer forment un paysage de toute beauté, c'est une des particularités de la région méditerranéenne. Le géographe Fernand Braudel disait d'elle: « des montagnes presque partout autour de la mer », et en effet la montagne est un composant de base du paysage méditerranéen. Le duo mer/montagne borne étroitement tout le pourtour de cette mer. Prenez une carte et vous verrez ces zones marrons qui représentent les reliefs sont omniprésentes des deux côtés des rives (côte européenne et côte du Maghreb).
Pourquoi ces collines aux pentes raides (parfois à plus de 45%) ont-elles été à ce point travaillées, alors qu’il eut été plus aisé de cultiver à quelques kilomètres là où les versants se font plus doux.

    Vignoble de Collioure. 

Tout d'abord les montagnes méditerranéennes sont le milieu anthropisé (habité par l’Homme) le plus ancien….cela fait 10 000 ans. Et pourtant qu’elles sont rudes ces montagnes. 
Si ces versants raides sont occupés et donc cultivés c’est que l’espace montagnard a une fonction de refuge, d’espace de liberté par rapport à la plaine. Jusqu'à un temps récent les plaines étaient marécageuses et donc porteuses de maladies. C’est d’ailleurs pourquoi les terres du bord de mer étaient données aux filles en Corse et les terres de montagne laissées aux garçons (les femmes doivent s’en réjouir maintenant !).
 S’adapter.
L'Homme a donc dû s’adapter aux contraintes et petit à petit le système agraire de "terrasses sèches" (non irriguées) s’est bâti. Sur une pente raide l’érosion est très importante, l’eau s’écoule plus rapidement, elle emporte avec elle la terre, les cailloux, creuse, arrache, impossible de faire pousser quoi que ce soit dans ces conditions. D’autant que le climat méditerranéen est agressif avec des pluies peu fréquentes mais très violentes (il pleut autant à Paris qu'à Nice mais avec une répartition différente de la pluviométrie).
L'environnement est hostile et encore plus sur ces versants des Albères. Ici le sol est très mince  parfois de 10 à 20 cm à peine et extrêmement pierreux, essentiellement des schistes et micaschistes.

             Un cep de vigne, plus de schistes que de terre!

Sans murettes les vignes seraient arrachées très rapidement en cas d'orage; avec les murettes la pluie rebondit et la terre est retenue. On évite un lessivage intense. Ce sont donc ces pierres, ces schistes, qui ont servit à bâtir les murettes des terrasses et cabanons. Plus la pente est raide moins la murette sera large,  un travail minutieux, épuisant que rentabilisent les vignerons en exploitant le moindre recoin de terre comme ici!



Pour guider les écoulements d'eau les vignerons créent des agouilles (rigoles)
Ici au milieu des vignes.

Un travail ardu, la mécanisation est ici impossible. Heureusement cela nous donne d’excellents crus...
Voilà comment nous passons de la topographie à l’œnologie ! Et comment les paysages sont bien plus qu’une belle image et en disent long sur l’imbrication de l’Homme et de la Terre.




Géo-Livres. Apprendre à décrypter les paysages.

Qui n'a pas été fasciné par un paysage, intrigué par la forme d'une roche, l'aspect d'un relief? Mais il n'est pas facile de comprendre les mouvements de la Terre qui ont créé certains panoramas.

Le Tour de France d'un géologue, nos paysages ont une histoire de François Michel nous donne les clefs pour le comprendre.  

Le Tour de France d'un géologue, nos paysages ont une histoire, F.Michel, BRGM éditions, 2009, 39 euros.

C'est un ouvrage qui rend accessible à tous la formation des reliefs de la France, région par région. Un livre de 384 pages, comprenant plus de 1000 documents, photographies, cartes et schémas  mais qui va bien au-delà de l'histoire géologique.

On y découvre les particularités d'un territoire, les conséquences d'un sol sur l'architecture d'un village, les matériaux utilisés par les Hommes, la formation de la végétation locale...Chaque paysage raconte une histoire qui s'étale sur un temps très (très) long, des évolutions qui nous font sentir tout petit face à la force de la Nature.
Un livre qui donne la bougeotte et vous pressera à partir à la découverte des paysages français. Vous vous surprendrez même à essayer d'en percer leur mystère!



vendredi 20 janvier 2012

Géo-Actualités. Les cartes prennent vie au Grand Palais.

Toutes les raisons sont bonnes pour se rendre au Grand Palais à Paris qui présente l'exposition "La France en relief, chefs-d'oeuvre de la collection des plans-reliefs de Louis XIV à Napoléon". Que ce soit pour contempler la finesse d'ouvrage de seize plans-reliefs (des maquettes historiques "en 3D" de villes fortifiées) ou détailler près d'un millier de dessins-minute réalisés par l'état-major au XIXème siècle... Un "vu du ciel" historique depuis le Grand Palais.





Plan-relief de la ville de Neuf-Brisach

Ici les cartographies sortent des cartons et c'est peu dire, leur collection a débuté sous le règne de Louis XIV en 1668 et enrichie jusqu’en 1873!

Les plans présentés :
Fort-Barraux (Isère), Montmélian (Savoie), Exilles (Italie), Fenestrelle (Italie), Embrun (Hautes-Alpes), Grenoble (Isère), Briançon (Hautes-Alpes), Mont-Dauphin (Hautes-Alpes), Besançon (Doubs), Neuf-Brisach (Haut-Rhin), Strasbourg (Bas-Rhin), Luxembourg, Berg-op-Zoom (Pays-Bas), Saint-Omer (Pas-de-Calais), Cherbourg (Manche), Brest (Finistère).

Sous la verrière du Grand Palais  la carte de France de l’état-major est assemblée sur 650 mètres carrés, un collage géant présenté pour la première fois au public. 

Voilà de quoi passer une après-midi au chaud à petit prix en plus.


 Informations pratiques : jusqu'au 17 février 2012.

- Nef du Grand Palais, entrée principale
Avenue Winston-Churchill - 75008 Paris
- Accès : métro lignes 1, 9 et 13 - Champs-Élysées Clemenceau ou Franklin-Roosevelt
- Ouverture : Lundi, mercredi, jeudi, samedi, dimanche : 10h-20h
Nocturne le vendredi : 10h-22h
Fermeture le mardi.
- Tarifs : Plein tarif : 5 € / Tarif réduit : 2,50 €
Gratuit pour les moins de 26 ans.

Géo-Actualités. Escale au Croisic, un avant-goût de Thalassa ce soir.

Thalassa consacre une grande partie de son émission au Croisic ce soir, une escale médiatique pour les 4000 habitants de ce village de Loire-Atlantique. Partons pour une petite évasion en attendant le week-end!


       Google maps

Le Croisic est situé à 90 km à l'Ouest de Nantes, entouré par les flots de l'Atlantique d'un côté par les marais salants de Guérande de l'autre. Le Croisic était à l’origine une île tout comme la commune de Batz au Sud-est. Ces deux îles sont maintenant reliées au continent par les marais salants de Guérande.
      Google Maps

La commune du Croisic  (localisée par la pastille rouge) et les marais salants à l'Est forment des paysages qui attirent de nombreux touristes. Le Croisic est situé sur une des deux failles qui délimitent les marais salants. La zone maritime qui la séparait du continent s’est petit à petit transformée en marais avec l’apparition de deux bancs de sable dont celui qui a formé la dune de La Baule.
 L’ouest de la commune fait partie de la côte sauvage…réputée pour ses eaux limpides. 
                                                                                                                           Crédit photo: www.leuropevueduciel.com

 Thalassa ce soir 20h35 sur France 3. Reportages consacrés au Croisic: la route des coquillages, les marais salants et les maisons à pans de bois près de l'église.

jeudi 19 janvier 2012

Géo-Livres. Toute la géographie du monde en 400 pages.

Il n'est pas toujours besoin de beaucoup de temps et de grosses sommes d'argent pour parcourir la Terre, Toute la géographie du monde de Jean-Claude Barreau et Guillaume Bigot vous le propose en un livre et pour 6.95 euros !



Toute la géographie du monde, J-C Barreau et Guillaume Bigot, ed.Le livre de poche,2007.
Alors comme ça toute la géographie du monde tiendrait dans seulement 400 pages? Du regard de ces deux auteurs, oui! 

Un ouvrage qui nous fait visiter – et découvrir- notre Terre de façon étonnante et assez drôle. 
Ce n’est pas un atlas, ni un dictionnaire, pas de liste ni de définitions, la classification déboussolera le plus ardu des géographes! 
L’ordre est original, l’écriture poétique, concise et instructive. L'Europe, l'Asie et l'Afrique forment ici le Tricontinent, une vision acquise en regardant un globe terrestre; la mer Méditerranée a un chapitre à elle tandis que l'océan Pacifique et l'océan Indien ne forment plus qu'une seule mer. 

Un livre géographique qui se lit comme un roman, celui de notre Terre !

Et les deux auteurs ne sont même pas des géographes...

Géo-Pensées. Quand ils préfèrent les frites à la géographie!

C'est un coup dur pour la géographie, elle n'est pas aimée par le public et nous pouvons le matérialiser par un petit comptage avec l'aide du réseau social Facebook.

Ceci est le résultat d'une recherche effectuée en 2011.  Les médias technologiques- télévision, radio et Internet –sont capables, quasi instantanément, de livrer au public n’importe quelle information. Plus encore, les progrès de l’Internet donnent une valeur mondiale aux pensées de tout un chacun, qu’elles soient futiles ou sérieuses. Ainsi, sur le site Internet de réseau social Facebook nous pouvons comptabiliser les  "fans"  (c’est le terme employé par le site) de géographie. Ce site n'est évidemment pas représentatif mais donne tout de même une bonne idée des tendances actuelles.

Les différents groupes intéressés par la géographie réunissent seulement  2 122 personnes dans le monde (la Philosophie elle attire plus de 800 000 membres). A l’inverse, 157 ont adhéré à un groupe pour réclamer « la suppression des cours d’Histoire géographie », 54 autres se sont inscrits sur le groupe « A quoi ça sert d’étudier la géo maintenant il y a les GPS » (sic) et 58 personnes affichent clairement leur dégoût avec le groupe « I hate geo ». Une antipathie envers la matière qui amène certaines déclarations excessives comme ce groupe « Faire un suicide collectif le jour d’un devoir de géo »…

Que ce soit positif ou négatif, force est de constater que la géographie ne déchaîne pas l’intérêt des foules!


Par comparaison, les fans de frites sont 13 000 (en même temps la géographie ne remplit pas un estomac...),    686 835 personnes sont fans de « trouver de l’argent par terre » et 1 653 213 personnes ont pris le temps de se déclarer fans de «dormir »… !

Tout le monde n’a certes pas suivi d’études de géographie mais pourquoi, alors que de nos jours les médias sont le vecteur d’information essentiel de notre vie quotidienne, la géographie ne montre-t-elle pas ce qu’elle a à offrir ?

Alors maintenant tous à vos souris et un clic sur la page Facebook de SoloGéo, faîtes mentir ces chiffres!



mercredi 18 janvier 2012

Géo-Pensées. Voir au-delà des images - le Vatnajökull


Extrait Le Figaro.fr


Nous voyons ici une magnifique photographie de Thrainsson, intitulée Galerie des glaces. Un paysage comme irréel dans des tons bleutés, blancs, transparent...nous sommes dans une galerie du Vatnajökull, la plus grande calotte glaciaire d'Islande.

Ici la géographie nous sert à aller au-delà de la contemplation de belles images dont nous sommes abreuvés par la télévision, Internet, la presse tout au long de la journée. La géographie nous aide à sortir d'une forme de passivité, d'une contemplation inactive en comprenant ce que nous avons là sous les yeux.

Le Vatnajökull est situé dans le Sud-est de l'Islande, c'est une calotte glaciaire: un glacier très étendu et très épais, de forme légèrement convexe qui recouvre le relief initial. 
Cette calotte glaciaire est aussi grande que la Corse! Elle couvre 8 % de la superficie de l'Islande et son épaisseur maximale est d'environ 1 000 mètres. Plusieurs volcans encore actifs se trouvent sous la glace et sont responsables de jökulhlaups, des inondations brutales provoquées par la fonte de la glace. Les réveils momentanés de ces volcans font progressivement diminuer le Vatnajökull, le réchauffement climatique est également mis en cause. Une fonte qui se déclenche sous forme d'inondations à l'intérieur des galeries, les parois sont également fragilisées : deux menaces pour ce photographe hardi, mais le coup d'oeil valait le coup...





Géo-Actualités. Un peu de démographie!

Combien sommes-nous d’habitants en France ? 

 Le nouveau chiffre est tombé hier après-midi : 65.35 millions de français (métropole et départements d’outre-mer compris). L’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) a dévoilé publiquement hier le résultat du recensement 2011.
Un chiffre porté par le taux de fécondité élevé en France, 2.01 enfants par femme. Un chiffre un peu barbare que nous pouvons représenter par 827 000 bébés, en Europe seule l’Irlande  a un taux de natalité supérieur à la France.


Les tendances observées ces dernières années se poursuivent: L'âge moyen à l'accouchement continue de s'élever (30,1 ans). Tandis que l'espérance de vie s'allonge. À la naissance, les femmes peuvent espérer vivre jusqu'à 84,8 ans en moyenne et les hommes 78,2 ans. Le nombre de décès augmente aussi (555.000 en 2011) du fait du vieillissement de la population. (extrait Le Figaro.fr)

La démographie implique également une notion de migration. Où vivent nos 65.35 millions de français après leur naissance ? En ce qui concerne les migrations internes (à l’intérieur du pays même) l’Insee a créé une application qui permet à chacun de voir où vivent maintenant les habitants nés dans une région donnée et quelle est l’origine de naissance des habitants de sa région par exemple.


Pour vous amuser à ce petit jeu c’est ici : http://www.insee.fr/fr/


La démographie nous le voyons c’est beaucoup de chiffres, elle est quantitative. Mot de racine grecque, démographie signifie « écrire la population », c’est une technique assez descriptive. Mais elle a des applications concrètes notamment pour la géographie des populations et la démographie biologique.


Cette dernière étudie les aspects médicaux des phénomènes démographiques, l’épidémiologie, l’écologie générale et humaine, la biométrie de la fécondité et de la mortalité et surtout la génétique de la population. Les problèmes de population dans la vie et le développement des Etats est important, la démographie biologique est l’objet de nombreuses études.
Des liens complexes qui permettent de mettre en évidence des problèmes importants, par exemple une étude fait le lien entre la violence d’une société et la mortalité maternelle à l’accouchement.
http://uaps2011.princeton.edu/download.aspx?SubmissionId=110429




mardi 17 janvier 2012

Géo-Actualités. L'île de Giglio, ses récifs, son paquebot échoué.

L'actualité nous donne souvent l'occasion de découvrir de nouveau lieux, des territoires qui nous étaient jusqu'alors inconnus, c'est l'occasion de réviser notre géo...

Max Rossi / Reuters / Figaro

L'île de Giglio au large de la Toscane fait maintenant partie de notre langage courant depuis samedi dernier. Le paquebot des croisières Costa a heurté des récifs, le voilà échoué à 150 mètres de la côte. Le commandant aurait du faire appel à ses connaissances de géographie physique!




L'île de Giglio (entourée en rouge) fait partie de l'Archipel Toscan qui comprend également l'île d'Elbe où fut exilé Napoléon et l'île de Monte-Cristo.


Cette petite île de moins de 24 kilomètres carrés est essentiellement composée de granite, elle se trouve dans la mer Thyrrhénienne (entre la Corse, l'Archipel Toscan et la Sicile)
Le fond de cette mer est parsemé de reliefs volcaniques, les îles de l'Archipel Toscan ne sont que la surface émergée d'un relief sous-marin très accidenté!

Les 1500 habitants de l'île de Giglio vivent essentiellement du tourisme, l'échouage du paquebot peut transformer la géographie économique de ce territoire. Si une catastrophe écologique devait survenir, les quelques kilomètres de côte de cette petite île mettront plusieurs années à se remettre d'une telle pollution. Ce serait une catastrophe tant écologique qu'économique, il faudra alors repenser une réorganisation du territoire économique. En revanche l'île peut profiter d'une nouvelle notoriété, notamment pour les curieux en tout genre qui voudront se rendre sur le site d'un naufrage et assister au démembrement d'un tel bâtiment.


Géo-Pensées. Vous avez détesté la géo à l'école? Voyons pourquoi...

Ah la géographie...un mauvais souvenir d'école pour certains, liée aux cours d'Histoire pour beaucoup.

C’est une association d’idées systématique, la géographie est avant tout une matière scolaire. Qu’on la trouve "barbante", ennuyeuse, intéressante même, cela reste une matière scolaire.

On trouve l’origine de cette idée populaire dans l’Histoire. En 1870, la défaite de la France face à la Prusse et l’annexion de l’Alsace-Lorraine relance un mouvement d’instruction de la géographie à l’école primaire pour développer le sentiment de patriotisme. Auguste Himly, professeur d’origine alsacienne fait remarquer le défaut d’instruction des français et le manque de connaissances de la géographie. Il engage alors la création d'une nouvelle matière à l'école, la géographie, pour rattacher les français à leur identité nationale.

L'instituteur écrit un livre qui promène les écoliers à travers l'Hexagone, c’est Le tour de France par deux enfants. Ce livre très patriotique visait à la formation civique, géographique, scientifique, historique et morale de la jeunesse, qu’il fallait aussi préparer à reconquérir l’Alsace et la Lorraine. Il s’agissait de faire connaître le territoire de France avec toutes ses activités, une carte toujours située sous les yeux, pour l’enseignement de la géographie. Ces influences de l’Histoire sur l’enseignement de la géographie marquent les fondements dans l’esprit populaire de la géographie comme matière scolaire.

Le tour de France par deux enfants d'Auguste Himly. Base de l'enseignement géographique de 1877 à 1950. Il a été réédité en 2000 par les éditions Belin, en 2006 par France Loisirs.



Développée pour l'école la popularité de la géographie a rarement dépassé les grilles de la cour de récréation. C'est que la géo est souvent perçue comme très ennuyeuse....car très descriptive, détaillant des paysages, exposant des comportements ethniques ou narrant des découvertes géographiques. Décrire sans expliquer.

De part son sens étymologique- l’étude de la surface de la Terre -la géographie induit déjà en erreur.  La Terre c’est l’inconnu, on y voit des paysages, des choses merveilleuses. Mais voir ce n’est pas expliquer. En bref, la géographie n’aurait pas d’autre intérêt que de donner un accès à la description du monde, un peu comme le ferait une télévision ou Internet actuellement.  Au lieu d’utiliser ces images comme support d’explication, on s’en tient à cette description souvent superficielle que l’on tient pour Vérité.


              
Le pire est que la géographie se présente souvent sous une forme de liste à apprendre par coeur. Rien de plus efficace pour repousser les élèves!                     

La notion de description induit une absence de réflexion et de raisonnement, c’est bien pour cela qu’on apprend par cœur sa géo. Une nomenclature, une liste de détails qu’on peut observer à la surface de la Terre. Jean-Jacques Bavoux, géographe, le dit (2002) «La réputation demeure, on ne comprend pas sa géo, on la sait. » Dire que la géographie ne demande pas de raisonnement est l’aboutissement de l’incompréhension du public face à cette science. Une science n’est pas si elle ne nécessite pas de réflexion. Et l’on revient aux principaux problèmes de la diffusion du savoir géographique, son aspect descriptif et son apprentissage par cœur au cours de la scolarité.

Alors comment fait-on pour s'intéresser à la géographie malgré toutes ses embuches?
En fait c'est seulement à partir de l’Université que la géographie prend corps aux yeux des étudiants. Cela a été mon cas aussi. un hasard, un pressentiment que cette discipline peut être autre chose que ce que l'on nous a montré. La géographie me plaisait sans savoir vraiment pourquoi : l’idée de connaître, de savoir le monde qui m’entoure, mais sans saisir que la géographie pourrait m’aider à le comprendre.  Dans tous les cas, il est clair que le bachelier ne dispose pas de tous les outils pour comprendre ce qu’est la géographie. Une enquête menée entre 1992 et 1995 auprès des étudiants géographes du Havre (M. Brocard, 1995) illustre bien cette indécision. « A la sortie du lycée, ils perçoivent leur discipline d’une part comme un inventaire, d’autre part comme un couple observation/description. Trois ans plus tard, ils la considèrent comme un "savoir penser l’espace" beaucoup plus théorique et méthodologique. » L’enseignement universitaire redonne à la géographie son statut de science et le raisonnement que cela implique.

           

 Une autre cause, plus profonde, peut être recherchée pour expliquer cette mauvaise image de la géographie. La géographie au sens étymologique étudie la surface de la Terre et elle est transmise de cette façon par les professeurs de l’école primaire à la fin du secondaire. L’observation de la surface de la Terre est déjà en soi assez diversifiée et paraît presque infinie tellement la planète porte des champs d’études différents auxquels s’ajoutent les échelles, de la plus grande à la plus petite. Cette "observation" parait déjà assez fastidieuse en soi pour y ajouter une réflexion encore plus indigeste. La découverte, merveilleuse, de la Terre suffit déjà à ravir les esprits pour que beaucoup ne ressentent pas le besoin de comprendre pourquoi c’est ainsi. Avec la télévision nous sommes inondés d’images fantastiques du monde, en tant que spectateur passif. De plus si l’on tient compte de la sensibilité de chacun, religieuse par exemple, certains ne ressentiront pas le besoin de comprendre au-delà de ce qu’ils pensent déjà savoir. Il ne reste alors plus beaucoup de place entre les certitudes et l’émerveillement.

Maintenant vous êtes prêts à faire de la géo!

lundi 16 janvier 2012

Géo-Pensées. Bon alors, qu'est-ce que c'est la géographie?

Je vous l'ai dit la géographie n'est ni ennuyeuse, ni poussiéreuse...et ce n'est pas qu'une matière scolaire! Alors qu'est-ce que c'est?

La géographie nous permet simplement de comprendre notre monde, ce que porte la Terre: les Hommes, les sociétés, les paysages, les conflits, les reliefs, l'économie, la politique et tant d'autres choses. 

Aimer la géographie c'est juste s'intéresser à ce qui nous entoure!

La géographie est tout d'abord une science pluridisciplinaire qui recoupe à la fois des sciences humaines (associées aux littéraires) et des sciences physiques (associées aux sciences dures). 
Parmi les disciplines de la géographie, la géographie humaine par exemple fait appel à la sociologie, l’Histoire et l’économie. La géomorphologie elle, renvoie à des notions scientifiques comme la tectonique, l’érosion, la stratigraphie etc. Ces deux disciplines semblent tout à fait opposées et pourtant elles appartiennent au même champ scientifique, la géographie. 

C’est qu’il faut plutôt penser à ce qui les réunit qu’à ce qui les différencie :la notion de territoire et d’organisation de l’espace. Mais en apparence ces deux disciplines pas grand-chose en commun... C’est là une première idée reçue qui brouille l’envergure du champ d’étude de la géographie et sa diffusion.

Dans l’esprit commun, la géographie est considérée comme une matière littéraire. Il est donc plus difficile d'associer la géographie à ses composantes qui font appel à des notions scientifiques, physiques comme la géomorphologie, la climatologie etc. Cette incertitude conceptuelle est ancienne. 

Comme le disait Gustave-Léon Niox (1893) dans la Géographie militaire. La France: « La géographie n’est pas un but, c’est un moyen. La géographie est dans un tout. Tout est dans la géographie. C’est la science mère, indispensable, sans laquelle toutes les autres, Histoire, art militaire, littéraire, philosophie même, manquent de base et ne peuvent acquérir leur entier développement. »

La géographie est parfois considérée comme un fourre-tout, où l’on retrouve des branches d’autres sciences. Comme si nous ne savions pas dans quelle case ranger certaines disciplines : ce sera alors de la géographie. C’est là que certains se représentent la géographie comme hétéroclite, un orphelinat de disciplines qui n’ont pas trouvé refuge dans d’autres sciences. Un champ d'étude vaste qui lui donne l'air de ne pas être très structurée. 

Mais il est vrai que la géographie possède cette particularité, ou du moins est-elle visible, de rayonner dans de multiples champs d’applications. Cette caractéristique ne lui porterait-elle pas préjudice ?