lundi 30 janvier 2012

Géo-Pensées. Voir au delà des paysages, les étangs de la Brenne


Le parc naturel régional de la Brenne, une des plus grandes zones humides d'Europe...est artificielle! Il faut toujours voir au-delà des paysages.

Un des 2500 étangs de la Brenne. crédit: www.parc-naturel-brenne.fr

Terre de légende, à la frontière du Berry, de la Touraine, du Poitou et du Limousin, les paysages mystérieux de la Brenne ont inspiré bien des écrivains et poètes (George Sand entre autres). De façon plus terre à terre c'est aussi un atout touristique incontestable pour le département de l'Indre...
Une mosaique de paysages entre étangs, landes et prairies qui abritent une faune (les oiseaux migrateurs en particulier) et une flore sous haute surveillance.

La Brenne dans le département de l'Indre.


Une nature sauvage...artificielle! Tous les étangs ont été en fait créés par les mains de l'Homme. Alors que les marais et marécages sont depuis plusieurs siècles asséchés pour permettre la construction de villes, c'est ici l'inverse.
Le parc de la Brenne était il y a moins de 2 000 ans recouvert par la forêt. L'exploitation intensive du bois a peu à peu défriché les terres, qui naturellement se sont retrouvées gorgées d'eau.

Le sol est ici argilo-calcaire, les nappes phréatiques sont remontées et ont rendu les terres insalubres. C'est là que l'inventivité de l'Homme pour se nourrir intervient, au Moyen-Âge les moines creusèrent des étangs pour élever des carpes. Les seigneurs, paysans aisés, marchands ont perpétué cette technique au fil des siècles. On compte aujourd'hui 2500 étangs! Et des tonnes de carpes.


Vue satellite d'un des plus grands étangs de la Brenne, l'étang de la Mer rouge.
Les prairies et landes entourent les retenues d'eau.


Une fois par an les étangs sont vidés, on retire la bonde comme pour une baignoire et les poissons sont pêchés, 1200 tonnes par an...Par chance, ces étendues d'eau ont attirés 150 espèces d'oiseaux migrateurs et permis l'apparition d'une flore inattendue dans la région Centre. Cette zone humide est maintenant surveillée de près, protégée par les scientifiques alors qu'elle n'était qu'une zone de subsistance créée par l'Homme!




En plein hiver les paysages de la Brenne sont moins bucoliques. Un environnement humide, désertique qui rappelle les Everglades en Floride! mais ici pas d'alligators...
Cette photo ci-dessus est celle de l'étang de la cistude (du nom d'une race de tortue), ce plan d'eau réputé maintenant pour ces oiseaux migrateurs et sa population de tortues cistude a été creusé en 1980! Voyez ci-dessous la photographie avant les travaux d'aménagement.


Nous sommes donc loin d'une évolution naturelle de l'environnement mais une adaptation de l'Homme à son environnement. De nombreux paysages qui semblent naturels sont en fait le résultat de l'activité humaine. La garrigue méditerranéenne qui nous chatouille les narines et les oreilles est elle aussi le résultat d'une dégradation de la forêt (par l'Homme ou les incendies).
Voir au-delà des paysages est très instructif!


Plus d'informations sur le parc naturel régional de la Brenne ici http://www.parc-naturel-brenne.fr/





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre participation à la diffusion de la géographie. Afin d'éviter les commentaires anonymes n'hésitez pas à vous présenter et laisser au moins votre prénom.